Chatterbot - Agent Conversationnel L'offre du marché
Quelques sociétés qui développent un chatterbot

Chatterbot - Agent Conversationnel

   L'offre du marché

On pourrait classer les chatterbots en 4 catégories : les chatterbots classiques, les complexes, les amicaux et les chatterbots apprenants.

    1. Chatterbots Classiques
Cette famille représente la première génération de chatterbots. Simples, et peu évolutifs, ils n'arrivaient pas à tenir une discussion « humaine » pendant longtemps. L'un des agent conversationnel classique le plus connu est « Eliza ».
Eliza est le premier programme qui a tenté d'imité la conversation humaine. Il a été crée en 1969 par le scientifique Joseph Weizenbaum du MIT.
Exemples de discussion avec Eliza :
    Si vous tapez : “I am having a very bad day
    Eiliza répondrait : “ did you come to me because you were having a very bad day?
Ou alors
    Si vous tapez : “I have come to talk to you.”
    Eiliza répondrait : “oh, you have come to talk to me?
Ces exemples montrent bien pourquoi les personnes se rendaient compte rapidement que Eliza était un programme informatique.

    2. Chatterbots complexes
Plus évolués que les chatterbots classiques, ils sont programmables et personnalisables. Le chatterbot « Alice » est l'un des programmes qui fait partie de cette famille.
Développé par Richard Wallace, Alice est une interface en langage naturel. Elle aime bien parler d'elle-même et de sa « vie ». La personne peut transférer toutes ses connaissances à ce personnage pour la transformer en un robot « immortel ».
Sa base de connaissance est composée de milliers de faits (nom, villes, etc.), de phrases et d'idées qui lui ont été transférées ou créées. Doté d'un vocabulaire de 5000 mots, Alice essaie de répondre le plus correctement possible à une question, une remarque ou une affirmation posée en langage naturel.

L'interface Web de Alice ressemble à une discussion en ligne (un « chat »). Son but est de normaliser les différences entre l'être humain et l'intelligence de la machine. Il est ainsi possible de se connecter au serveur d'Alice pour discuter en langage naturel.
Le chatterbot est prévue pour fonctionner automatiquement, cependant il est techniquement possible à l'administrateur d'Alice de prendre le relais en pleine discussion en ligne avec un utilisateur pour répondre personnellement aux questions.
Exemples de discussions avec Alice :
    Si vous tapez : “ I am having a very bad day
    Alice répondrait : “ What happened?
Ou alors
    Si vous tapez : “I have come to talk to you” Alice répondrait : “That's nice. I have a lot of friends on the Internet.”
    3. Chatterbots amicaux
Destinés à des conversations de type général, ces chatterbots possèdent une base de données suffisante pour parler de tout et de rien.
    AMDI, chatterbot créé par Ian Miller peut « comprendre »
  • Des centaines de noms de personnes
  • La date et l'heure
  • Des conversations à propos de nourriture, de voyage, de politique, de météo
  • Des conversations sur lui-même
  • Des citations connues et des proverbes
  • ...
AMDI pourrait discuter sur des sujets qui ne rentrent pas dans ses « catégories » mais serait très vite limiter.
    4. Chatterbots apprenants
Leur base de connaissances est très pauvre et n'est composée que de quelques phrases ou mots. Cependant cela ne réduit pas leur niveau de technicité. En effet ce type d'agent conversationnel a la capacité d'apprendre tout au long d'une discussion. Leur connaissance se développe au « contact » des êtres humains. Tel un bébé, ils gardent en mémoire des phrases, des mots, des informations générales récoltées durant plusieurs conversations. La qualité du chatterbot dépendra alors des interlocuteurs et des sujets abordés. Elle dépendra aussi de la fiabilité des informations données au chatterbot.
Dobot, est un chatterbot qui apprend les mots, les noms, les phrases. Il peut ainsi devenir très « intelligent ». Mais cela dépendra de ses professeurs.

info[(A)]agentintelligent.com